Chers amis de “Maranatha-conversion”,

Je ne sais pas exactement à combien de personnes je m’adresse en vous envoyant ce message, mais cela doit faire du monde! Et du beau monde, car j’ai trouvé formidables tous ceux, parmi vous, que j’ai pu rencontrer personnellement au cours de divers événements organisés dans le cadre de « Maranatha-conversion ». Ensemble, nous vivons une aventure unique. Car les temps sont difficiles, voire très difficiles dans plusieurs régions du monde. Et cela risque de s’aggraver encore dans la situation explosive de la planète.

Les deux dernières semaines de l’année liturgique et la première semaine de l’Avent nous rappellent d’ailleurs avec insistance les convulsions et les persécutions qui préluderont à la Venue de Jésus dans la gloire. Cela se produira quand Dieu notre Père l’aura décidé et ce n’est pas à nous d’en déterminer le temps et les moments. Mais cette patiente attente ne nous empêche de supplier ardemment Jésus ressuscité, en communion avec l’Esprit Saint et Marie, en lui exprimant notre vif désir: «Oh oui, viens, Seigneur Jésus!» (cf. Apocalypse 22, 17.20). C’est dans ce grand élan d’espérance que nous prions et œuvrons plus que jamais pour la conversion de notre cœur et la guérison de l’humanité.

En octobre dernier, plus de deux cents pèlerins «Maranatha» ont vécu un beau pèlerinage œcuménique et interreligieux en Bosnie-Herzégovine. Nous logions en différentes maisons d’accueil à Medjugorje et avons donc eu l’occasion de vivre, à des jours différents, les principaux moments forts de tout pèlerinage en ce lieu : célébration de l’eucharistie, adoration, enseignements, sacrement de la réconciliation, ascension du Krizevac ou de la Colline des apparitions, chemin de croix, prière du rosaire, etc.

Mais, la plupart du temps, nous étions en route en divers lieux du pays. Et ce, en compagnie de Monseigneur Athanasios, un évêque copte orthodoxe en mission à Paris et Toulon. Il prétend avoir 83 ans (et nous le croyons!), mais il gambadait allègrement, comme un jeune, sur tout terrain! Quelle belle amitié entre lui et nous, dans une parfaite communion de foi!

Nous nous sommes recueillis à Siroki-Brijeg, là où plus de 60 Franciscains furent sauvagement assassinés durant la guerre. À Blagaj, nous avons rencontré une communauté de «soufis», des musulmans qui cultivent la dimension intérieure de la foi en Dieu au-delà des pratiques extérieures, quoique sans négliger ces dernières. À Mostar, nous avons visité une mosquée et avons été accueillis sagement par l’imam du lieu. Nous aurions dû également rencontrer la communauté juive de la ville au cimetière juif, mais la pluie et la boue nous en ont empêchés, si bien que c’est une dame juive qui est venue à notre rencontre. Ce fut un très beau moment.

À Sarajevo (la Jérusalem de l’Europe, comme a dit le Pape François), nous eûmes le bonheur d’être reçus par l’archevêque, le Cardinal Puljic. Son témoignage concernant les immenses souffrances vécues durant la guerre en Bosnie fut particulièrement émouvant et édifiant. Que d’épreuves il a endurées avec son peuple! Dans la foulée, nous avons rencontré un groupe interreligieux (orthodoxes, catholiques, protestants, musulmans et juifs) qui, en assez bonne intelligence avec les pouvoirs publics, organise des événements qui permettent aux uns et aux autres de mieux se connaître et de dépasser les préjugés qui nuisent à la bonne entente entre les différentes composantes de la mosaïque religieuse, culturelle et linguistique de la région.

En plus des différentes causeries spirituelles…
– Luc Lagardelle, la communauté du Chemin Neuf
– Jacques de la Bastide – Centre International Marie de Nazareth
– Vassula Ryden de la Vraie Vie en Dieu
Marc Fromager, le responsable international de «Aide à l’Église en Détresse», qui nous a brossé un tableau saisissant de la situation du monde, spécialement des persécutions en cours contre les chrétiens, et a souligné la puissance du témoignage donné, jusqu’au martyre, par nos frères et sœurs, victimes de violences atroces ou de graves discriminations
– Terry Colafrancesco – Caritas of Birmingham (ENG)
– Yolande Guérette
– Erna Danon-Cipra – Vice-président de la Communauté juive de Mostar
– Salim et Edin Hajderovac, créateur de la chaise du pape François

Le mauvais temps, certains jours, et la défection de quelques hôtes, ont contraint Sabrina et son équipe à quelques acrobaties dans la révision d’horaires bousculés par ces imprévus. Mais chaque fois, nous sommes, grâce à elle, retombés sur nos pattes.

Je note enfin qu’à chacun des temps forts du pèlerinage, nous étions accompagnés par un trio de jeunes vraiment talentueux sur le plan du chant et de l’accompagnement musical.

Certains parmi vous ont certainement regretté de ne pouvoir rejoindre les pèlerins «Maranatha» de Bosnie-Herzégovine. Mais une occasion de rattrapage leur est offerte, puisque lantenne belge de « Maranatha » organise en février prochain une retraite « Maranatha-conversion » que je prêcherai en français (mais avec traduction néerlandaise simultanée) sur l’ensemble du livre de l’Apocalypse à Notre-Dame du Laus. La retraite proprement dite s’étalera du 11 au 17 février 2017, mais le voyage inclura le 10 et le 18. N’oublions jamais que l’Apocalypse de saint Jean est le livre par excellence de l’espérance chrétienne en période de persécution ou de grande épreuve. Nous aurons l’occasion de parcourir pratiquement tous les 22 chapitres de ce livre mystérieux, mais qu’un peu d’attention et beaucoup de prière permettent de déchiffrer. Une lecture et méditation bienfaisante… Bienvenue !

Mgr André LÉONARD,
Archevêque émérite de Malines-Bruxelles

2017-10-14T08:22:09+00:00