Grande journée « Maranatha » le 29 juin 2014 en la solennité du Cœur de Jésus à la Basilique de Koekelberg (Bruxelles) avec Mgr Léonard

Le 29 juin prochain, dans l’après-midi et la soirée, Mgr Léonard présidera, en la Basilique de Koekelberg, une grande journée « Maranatha », du nom qu’il a donné à un large mouvement d’intercession et d’action pour la conversion du cœur humain (à commencer par le nôtre !) et la guérison de l’humanité. C’est déjà sous ce vocable qu’avait été vécu, le 9 mars 2013, un grand rassemblement en cette même Basilique nationale et, en août 2013, un pèlerinage en Terre Sainte, avec près de 600 personnes venues de plusieurs pays.

Le nom de ce mouvement international (« Maranatha ») est emprunté à l’avant-dernier verset de la Bible, au terme de l’Apocalypse (cf. Ap 22, 20), et a, par ailleurs, fourni le contenu de la devise épiscopale de l’archevêque de Malines-Bruxelles : « Oh oui, viens, Seigneur Jésus ! » Vous trouverez ci-dessous le programme de la journée du 29 juin prochain

Une journée dédiée au Cœur de Jésus
Le 29 juin, nous fêterons la solennité des saints Apôtres Pierre et Paul et il en sera, bien sûr, fait mention. Mais, avec l’aimable permission de ces deux colonnes de l’Église, les organisateurs de ce rassemblement ont décidé de célébrer par priorité la solennité différée (de deux jours seulement !) du Sacré-Cœur de Jésus, ainsi qu’il convient en la Basilique nationale du Sacré-Cœur !

En effet, au cours de ce rassemblement, nous allons, grâce à plusieurs intervenants, mieux comprendre la réalité profonde du Cœur du Christ et la manière dont nous sommes appelés à la vivre concrètement. Et, durant la célébration de l’Eucharistie, les participants seront invités à se consacrer au Cœur de Jésus à titre personnel, mais aussi au nom de toutes les provinces belges qu’ils représenteront.

Programme
14h30 : accueil des arrivants
15h00 : ouverture par Mgr Léonard
15h15 : enseignement du Père Marc Leroy, dans la Basilique (en français) et du Père Benno Haeseldonckx, dans la Crypte (en néerlandais), sur la réalité profonde du Cœur du Christ et la manière dont nous sommes appelés à la vivre concrètement
16h15 : témoignage de l’abbé Édouard Marot et de Madame Alicia Beauvisage sur la portée de la Consécration au Cœur de Jésus (en français avec traduction néerlandaise sur écran)
17h15 : pause (occasion de se sustenter ; emporter un léger pique-nique, boisson y comprise)
18h00 : témoignage du Père Dirk Huys sur la pratique de la dévotion au Sacré-Cœur (en néerlandais avec traduction française sur écran)
18h40 : célébration bilingue de l’eucharistie, avec homélie de Mgr Léonard, au cours de laquelle tous les participants seront invités à se consacrer au Cœur de Jésus à titre personnel, mais aussi au nom de toutes les provinces représentées
20h00 : adoration du Saint-Sacrement
21h00 : bénédiction et clôture

Soyez tous les très bienvenus à cet événement qui marquera une étape importante dans notre vie spirituelle à chacun, mais aussi, nous l’espérons, dans la vie de notre pays. Ce sera une extension de ce qui fut déjà vécu lors de la mémorable consécration de l’archidiocèse au Cœur du Christ, le 1er juillet 2011.

D’ici le 29 juin, n’oubliez pas de diffuser cette information auprès du maximum de personnes grâce aux réseaux sociaux ! Merci d’avance !

Par ailleurs, pour nous préparer à cette journée, il a semblé judicieux de proposer ici une méditation sur le Cœur du Christ ainsi qu’une prière à lui adressée.

Méditation sur le Cœur du Christ
Le Cœur de Jésus : le plus humain des cœurs !
Le cœur de Jésus est incomparable. Il est tout d’abord le plus humain des cœurs. Il n’a jamais été abîmé par le péché. C’est un cœur qui, en toute transparence, te comprend de l’intérieur. Rien d’humain ne lui est étranger. Il connaît la joie et la tristesse, l’exultation et l’angoisse, la douceur et la colère. Mais jamais la trahison ni l’égoïsme. Il ne te trompera jamais. La moindre de tes émotions ou de tes aspirations résonne en lui avec une pureté cristalline.

Le Cœur d’une Personne divine !
Le cœur humain de Jésus est si infiniment transparent à Dieu qu’il est littéralement le cœur d’une Personne divine. Il est le cœur humain de Dieu. Les pulsations de ce cœur sont à la fois divines et humaines. Quel accueil ne va-t-il donc pas te réserver ? Là où tout cœur simplement humain défaille par impuissance, lui continue à t’aspirer en lui et te recueille en ses profondeurs humano-divines. C’est le cœur de ton frère. Mais c’est aussi le cœur de ton Dieu. Le seul devant lequel tu peux fléchir le genou en murmurant : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Quel cœur royal ! Là où tous t’abandonneront par nécessité, lui ne te lâchera jamais.

Un Cœur vulnérable et à jamais blessé !
Que cette majesté du Sacré-Cœur de Jésus ne t’effraie jamais ! Car ce cœur divin et humain est aussi un cœur à jamais blessé. C’est un cœur vulnérable, comme tout cœur. Il est si facile de blesser quelqu’un au cœur. Ce cœur-là a tout enduré. L’angoisse, l’effroi, la solitude immense. L’abandon surtout. Celui des hommes, qui était prévisible. Mais aussi celui, si mystérieux, de Dieu lui-même : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (cf. Mc 15, 34). Même quand tout était accompli et qu’il s’était donné jusqu’à l’ultime battement, un ultime coup de lance l’a transpercé. Loin de déclencher une vengeance, ce coup venant après tous les autres, ce coup gratuit, a ouvert une source de guérison et de pardon capable de régénérer tout cœur humain, même celui du plus grand pécheur. Rien n’arrêtera ce cœur. Même les traits les plus perfides de l’orgueil, de la méchanceté ou de la luxure rebondiront sur lui comme des flèches dérisoires. Car ce cœur a déjà tout encaissé, tout porté, au-delà de l’imaginable. Nous sommes battus d’avance face à sa désarmante impuissance (cf. Jn 19, 31-37).

Un Cœur glorieux, battant au rythme du monde nouveau
Mais ce cœur est aussi et surtout un cœur ressuscité. Le cœur de Jésus a tout enduré, mais il a tout traversé. Sur lui, la mort n’a plus aucun pouvoir. Si tu loges ton propre cœur dans la plaie glorieuse du Sacré-Cœur, il te fera tout traverser. Avec lui, tu ne crains aucun mal. Quand son sang passe dans le tien, il y transfuse les énergies du monde nouveau. Celui où il n’y a plus ni pleur, ni cri, ni deuil, ni mort, car l’ancien monde s’en est allé (cf. Ap 21, 4). Quand ce cœur divin et humain bat dans le tien, ses pulsations majestueuses te font déjà goûter la paix et la gloire du Royaume où la vie ne finit plus. Même en ce long pèlerinage de l’existence et de l’histoire, tu peux déjà te reposer en lui. Car ce cœur t’a créé pour que le tien puisse, enfin, se reposer en lui, en un cœur à cœur dont l’union du Sacré-Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie te donne le pressentiment. Tu peux te reposer dans ce cœur et déjà lui permettre de se reposer en toi, en vue de l’éternel sabbat, là où toute activité sera rassasiement parfait et où toute satiété sera souverainement active (cf. Saint Augustin, Confessions, XIII, 36-37).

C’est dans la paix anticipée de cette communion que nous vous invitons à prier la prière suivante, composée, pour l’occasion, par Mgr Léonard.

Prière au Sacré-Cœur de Jésus
Cœur sacré de Jésus, tu es un vrai cœur humain. Tu connais toute ma vie de l’intérieur. Rien d’humain ne t’est étranger. Je t’offre tout ce qui habite mon propre cœur : mes espérances et mes déceptions, mes réussites et mes échecs, mes joies et mes peines. Tout cela, je le remets aujourd’hui dans ton cœur, avec la certitude d’être compris.

Sacré Cœur de Jésus, tu es le cœur humain de Dieu. Tu es mon frère en humanité, mais tu es aussi mon Seigneur et mon Dieu. C’est toi qui crées mon propre cœur. La pulsation qui le fait battre vient du tien. C’est toi qui m’as voulu avant même la création du monde, toi qui me portes à chaque instant, toi qui m’accompagnes tout au long de ma vie et qui m’attends pour l’éternité. Tu es un Cœur divin. Là où tout autre cœur défaille, tu tiens bon. Je te consacre aujourd’hui mon existence dans le temps et pour l’éternité, car tu es mon Dieu.

Cœur sacré de Jésus, tu es un cœur blessé à jamais. Tous les péchés du monde, à commencer par les miens, sont plantés en toi. Toutes les détresses humaines sont logées en cette blessure qui te transperce. À travers cette plaie béante, je vide aujourd’hui mon cœur dans le tien. Je déverse tout en toi, avec cette confiance que je n’obtiendrai de toi pas d’autre vengeance, pas d’autre défense, qu’une nouvelle source d’eau et de sang pour me purifier et me régénérer.

Sacré Cœur de Jésus, tu es un cœur ressuscité. Tu as traversé toutes nos impasses. Tu as franchi le double mur de l’égoïsme et de la mort. Majestueusement, tu bats déjà le rythme d’un monde nouveau, inondé de gloire et d’amour. Avec ma propre vie, je te consacre la destinée de l’humanité et l’avenir du monde, et spécialement l’avenir de notre pays. Que tout soit recueilli finalement en ton Cœur afin que, par toi, dans le Feu de l’Esprit, Dieu notre Père soit bientôt tout en tous. Amen.

L’équipe  » Maranatha « 

L’équipe  » Maranatha « 

2019-03-25T08:22:25+02:00

Notre site utilise des cookies. En utilisant notre site Web et en acceptant cette politique, vous consentez à notre utilisation des cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer